8 règles essentielles du BDSM pour une pratique sûre, saine et follement perverse.

Plus vous en apprenez sur le BDSM, plus vous réalisez qu’il peut être pratiqué en toute sécurité. Mais si vous manquez de connaissances, vous risquez de vous blesser ou de blesser votre partenaire. C’est pourquoi il ne faut jamais se précipiter dans des jeux BDSM sans faire de recherches et sans respecter les règles BDSM suivantes.

Pourquoi avons-nous besoin de règles en premier lieu ?

Le BDSM n’est généralement pas dangereux, mais certaines activités peuvent avoir des conséquences néfastes sur votre bien-être émotionnel ou physique. C’est particulièrement vrai si vous n’êtes pas ouvert et honnête, tant avec votre partenaire qu’avec vous-même, et si vous vous précipitez sans faire de recherche ni de préparation.

L’établissement de règles BDSM permet de minimiser ces risques tout en vous donnant les meilleures chances de profiter de ces activités.

safe word

Règles BDSM

Vous trouverez ci-dessous une liste de règles BDSM à respecter. Vous n’avez pas nécessairement besoin de suivre toutes ces règles à la lettre. Si votre jeu incarne ces règles, vous faites probablement les choses correctement et en toute sécurité.

Reconnaître les risques

Le BDSM n’est jamais totalement dépourvu de risques, même si vous pouvez atténuer ces risques en vous informant et en vous préparant. Il existe quelques déclarations ou idéologies qui résument le risque potentiel et sa reconnaissance.

SSC (Safe sane consensual) : Sûr, sain et consensuel met l’accent sur la sécurité des activités BDSM et sur le fait d’être mentalement capable de consentir à ces activités.
RACK (Risk aware consensual kink) : Cet acronyme explique que les activités kinky sont intrinsèquement risquées, ce qui signifie qu’elles ne peuvent pas être entièrement sûres, et que vous devez être conscient de ces risques pour consentir à des activités kinky.
Blesser sans nuire : Cette idée reconnaît que quelqu’un peut être temporairement blessé pendant un jeu BDSM, mais que cela ne doit pas entraîner de dommages à long terme.
Une fois que vous avez reconnu les risques liés au BDSM, vous pouvez commencer à envisager d’autres règles BDSM.

Utiliser un mot de sécurité

Les mots de sécurité sont un autre moyen de promouvoir la sécurité lorsque vous explorez le BDSM. Un mot de sécurité est simplement un mot que vous dites (ou un signal si vous êtes bâillonné). En tant que soumis, votre mot de sécurité vous protège. Si vous dominez votre partenaire, le mot de sécurité vous permet de savoir que votre partenaire va bien, qu’il est connecté à vous et qu’il veut continuer à jouer. Et ne pensez pas non plus que vous ne pouvez pas avoir de mot de sécurité si vous êtes un dominant !

Un mot de sécurité peut être tout ce que vous voulez, mais il est préférable de choisir un mot que vous ne diriez pas normalement pendant le jeu. Par exemple, ne choisissez pas « Non » si vous aimez jouer à la résistance. Lorsque vous dites votre mot de sécurité, le jeu s’interrompt ou s’arrête complètement.

Certaines personnes utilisent un système vert/jaune/rouge. Le vert signifie « Allez-y », le jaune « Allez-y mais avec prudence » et le rouge « Stop ». En tant que dominant, vous devez obéir au mot de sécurité pour conserver la confiance de votre partenaire. Les soumis doivent se méfier des personnes qui ne respectent pas leurs mots de sécurité.

bondage et BDSM

Ne jouez pas sous l’emprise de l’alcool

Bien qu’il y ait peu de risques si vous avez un peu bu avant de faire l’amour, cela change avec le BDSM, en particulier les activités plus éprouvantes comme la suspension ou le jeu des aiguilles. Les drogues peuvent ralentir votre temps de réaction et rendre difficile de remarquer si quelque chose se passe qui pourrait potentiellement vous nuire. C’est pourquoi la sobriété est une règle BDSM importante, tant pour les soumis que pour les dominants.

Communiquer ouvertement et honnêtement

Peu de règles BDSM sont plus importantes que celle-ci ! Une communication honnête est essentielle pour que les relations sexuelles, même les plus simples, soient satisfaisantes, et c’est d’autant plus important lorsqu’il s’agit de BDSM.

Cependant, si vous pouvez parler de vos besoins, de vos désirs, de vos pensées et de vos sentiments, vous devez les comprendre. Il est crucial d’être honnête avec soi-même. Posez-vous donc les questions suivantes.

  • Voulez-vous essayer le BDSM ?
  • Avez-vous des intérêts particuliers ?
  • Quelles sont vos limites douces (activités que vous pourriez vouloir essayer mais avec prudence) ? Quelles sont vos limites strictes (activités que vous ne voulez jamais essayer) ?
  • Que pensez-vous de vos jeux BDSM ?
  • Vous sentez-vous en sécurité lorsque vous jouez avec votre partenaire ?
  • Avez-vous confiance en vos compétences ?
  • Êtes-vous satisfait du rythme que vous avez choisi pour explorer le BDSM ?
  • Ressentez-vous l’envie d’être un(e) soumis(e) ? Un dominant ? Ou vous identifiez-vous comme un switch ?

Bien que les réponses à ces questions puissent être difficiles, elles vous aident à mieux vous connaître et à connaître votre partenaire.

Une façon d’être honnête est d’utiliser un contrat BDSM.

Soyez patiente, humble, ouverte, réaliste et sensible.


Ce groupe de règles BDSM concerne les caractéristiques nécessaires pour devenir un kinker accompli, que vous soyez un top ou un bottom.

Il est évident que vous devez être ouvert aux nouvelles idées et expériences si vous voulez vous lancer dans le BDSM. Votre partenaire peut vouloir essayer des choses qui ne sont pas nécessairement dans vos cordes, mais vous pouvez finir par les aimer. Quoi qu’il en soit, vous devez faire preuve de bienveillance dans votre approche, ce qui nous amène au point suivant.

Soyez sensible à vos besoins et à ceux de votre partenaire. Cela s’applique également à la scène et est particulièrement important pour les dominants. Traitez les réactions de votre partenaire avec gentillesse.

La patience est indispensable lorsqu’il s’agit d’évoluer ensemble sur le plan sexuel. Il se peut que vous ayez plus d’expérience du BDSM que votre homme, ou qu’il mette plus de temps à s’habituer à la flagellation que vous ne le souhaiteriez (rappelez-vous que la tolérance à la douleur augmente avec l’excitation, ce qui est une pierre angulaire de la domination sensuelle). Vous souhaitez peut-être qu’il joue un rôle dominant, mais il doit se faire à l’idée.

En outre, vous devez être patiente avec vous-même. Il se peut que vous soyez très enthousiaste à l’idée du BDSM, mais que vous ne soyez pas capable de supporter une flagellation ou de tenir aussi longtemps que prévu pendant une scène. C’est tout à fait normal !

Une règle commune est « d’aller plus lentement que lentement ». Vous pourrez toujours augmenter l’intensité ou passer à des activités plus hardcore une fois que vous aurez établi votre ligne de base, et vous pourrez peut-être sauter les trucs de débutant une fois que vous serez plus expérimenté. Mais tout essayer d’un coup peut être accablant.

Si vous n’avez pas d’attentes réalistes quant au BDSM et à ce que vous pouvez accomplir, vous serez probablement très impatient. Mais la réalité est que vous devez commencer et progresser lentement. Votre partenaire et vous n’avez peut-être pas les mêmes fétiches. Et vous n’apprécierez peut-être pas les activités qui vous intéressaient auparavant.

Le BDSM peut aussi être assez rigoureux, surtout pour un dominant. En connaissant les réalités, vous ne risquez pas d’avoir de mauvaises surprises.

Sachez comment utiliser vos outils

Le BDSM peut impliquer de nombreux outils. Les articles les plus courants sont les instruments de jeu d’impact (flagellateurs, fouets, pagaies, cannes, etc.) et le matériel de bondage (menottes, cagoules, barres d’écartement, colliers, bâillons, binders, ruban adhésif, etc.), mais vous pouvez jouer avec des aiguilles, des couteaux, des baguettes violettes, des vibrateurs et des godes, des bandeaux, des bougies et de la cire, des meubles de bondage et même des machines à baiser.

Personne n’attend de vous que vous sachiez tout sur toutes ces options, mais vous devez savoir comment utiliser et entretenir vos outils en toute sécurité. N’oubliez pas la composition de vos objets (et s’ils sont poreux), s’ils sont étanches et comment les entretenir.

N’oubliez pas non plus la sécurité. Vous devez vous entraîner avec un fouet ou un flogger pour vous assurer que vous savez viser. Les jouets à longue queue peuvent s’enrouler accidentellement autour du corps de votre partenaire et toucher des zones que vous n’aviez pas l’intention de toucher. Vous ne devez jamais viser les zones situées au-dessus des organes.

Certains outils soulèvent des problèmes dont vous n’avez peut-être pas conscience. Par exemple, vous ne devez pas utiliser de baguette violette si vous avez un stimulateur cardiaque ou une prothèse auditive, et même la personne qui manie une baguette violette est susceptible de se choquer de temps en temps. Sachez quel poids votre mobilier peut supporter et comment aménager un espace où vous pouvez suspendre complètement quelqu’un si c’est quelque chose que vous aimeriez essayer.

Assurez-vous de lire les instructions, de parcourir internet à la recherche de tutoriels et de vidéos et même de parler à d’autres kinksters – beaucoup recommandent de trouver un mentor pour vous montrer les ficelles, au sens propre comme au sens figuré – afin de vous familiariser avec les outils du métier et de pouvoir les utiliser en toute confiance.

bdsm en toute sécurité

Se préparer au pire

Se préparer à une urgence ou à une contingence est une règle BDSM essentielle. Cela signifie :

Avoir un téléphone à portée de main pour appeler le 18.
Ne jamais laisser une personne attachée seule.
Avoir deux copies des clés de toutes les serrures.
Avoir des ciseaux (les ciseaux paramédicaux sont recommandés) ou des coupe-boulons pour enlever rapidement les liens.
S’hydrater.
Ne couper qu’avec des objets stérilisés.
Porter des gants et utiliser des préservatifs ou des digues dentaires, le cas échéant, pour éviter tout contact avec les fluides corporels.
Ne pas frapper une peau blessée.
Avoir une trousse de premiers soins à portée de main. Garder un extincteur à proximité si vous jouez avec des bougies/des flammes.
Traiter immédiatement les bleus et les peaux enflammées.
Il peut y avoir des risques spécifiques que nous n’avons pas abordés, comme ceux liés à la suspension, à l’étouffement ou à la momification, c’est pourquoi vous devez vous renseigner sur les risques de toute activité BDSM qui vous intéresse.

Bien souvent, la prise de précautions permet d’éviter toute urgence ou tout effet négatif à long terme du BDSM, d’où l’importance de cette règle BDSM.

Incorporer le suivi

Pour conclure cette liste de règles BDSM, nous ne pouvons pas oublier de mentionner le suivi. L’aftercare consiste à traiter votre partenaire physiquement et émotionnellement après une scène, qui peut être assez exigeante. Une boisson, une collation et une couverture sont recommandées. Vous pouvez appliquer un baume ou des antibiotiques sur les zones touchées.

Les câlins, les douches chaudes ou les massages sont d’autres types de soins. N’oubliez pas que les dominants et les soumis peuvent tous deux bénéficier d’un suivi.

Cette liste de règles pour le BDSM n’est en aucun cas exhaustive, mais nous avons énuméré certaines des règles minimales que vous devriez suivre, et vous pouvez imaginer d’autres règles vous-même pour vous aider à explorer le BDSM en toute sécurité sans sacrifier le plaisir sexy.