Rituels BDSM – Pourquoi vous en avez besoin

Les rituels sont une partie importante de toute relation BDSM saine. Ils aident le Dominant et le Soumis à se souvenir de leurs rôles, et peuvent être un moyen de rester centré et concentré. Mais créer des rituels Dominant / soumis puissants et faciles (qui ne s’éteignent pas) peut être un défi. Lisez ce qui suit pour découvrir des exemples éprouvés de règles et de protocoles D/s, et trouvez de nouvelles idées pour transformer votre relation.

Que sont les rituels BDSM ?

Parfois, les gens utilisent indifféremment les mots rituels, règles et protocoles, mais ils sont légèrement différents. Un protocole BDSM est une règle stricte qui figure généralement dans un contrat D/s. Un rituel est plus une façon de faire des choses que des règles. Un rituel est plutôt une façon de réaliser quelque chose. Il implique presque toujours une action où le Dominant ou le Maître prescrit une série de comportements pour son plaisir et son bénéfice.

Pourquoi des rituels Dominant / soumis ?

Les rituels sont un moyen de discipliner un soumis. Ils lui apprennent l’obéissance et la soumission et le maintiennent dans le bon état d’esprit. C’est également vrai pour les Dominants. Parfois, si un soumis a été autorisé à agir de manière trop effrontée ou s’il est en train de vouloir dominer , un rituel peut remettre les deux parties dans leur rôle.

J’aime beaucoup mes rituels et je les considère comme presque solennels et spirituels. Lorsque je pratique un rituel, j’ai même l’impression de faire une cérémonie. Je prends plaisir à savoir que je fais quelque chose que ma soumise veut et qui la rend heureuse.

Exemples de rituels, règles et protocoles D/s

Les rituels sont automatiques et un bon soumis ne devrait pas avoir à le faire à chaque fois. Si un soumis oublie (ils ne sont pas parfaits), il doit être discipliné comme il se doit. Un bon Dominant n’invente pas de rituels juste pour le plaisir d’en avoir un. Il doit y avoir une raison à cela et cela doit être pour son plaisir. Pour vous donner quelques idées, voici quelques exemples de règles et de protocoles qu’une soumise ou esclave peut endurer :

pourquoi avoir un rituel bdsm

1. Agenouillement

Le Maître va généralement au lit avant sa soumise car il se réveille tôt, alors une fois que la soumise est prête pour la nuit,elle s’assied dans le lit à côté de lui et elle s’agenouille. S’il ne se réveille pas d’ici là, elle le frotte légèrement et lui dis : « Je suis prêt à me coucher maintenant, Maître. » S’il ne s’est pas encore couché, elle doit s’agenouiller sur le sol et attendre la permission de me mettre au lit.

2. Salutation d’arrivée

Il s’agit d’un autre rituel populaire, que l’esclave peux effectuer en toute sécurité devant d’autres personnes. Lorsque le Maître rentre à la maison, où que l’esclave soit dans la maison et peu importe ce qu’il fait, il va l’accueillir avec un baiser et lui dit « Bonjour, Maître ».

3. Un texte du matin

Un Dominant peut instaurer un rituel commun qui consiste à envoyer des textos tous les matins. Il commence généralement par envoyer un texto pour dire bonjour et qu’il aime sa chienne. La soumise lui réponds en lui disant comment elle se sent, un plan détaillé de sa journée et qu’elle aime son Homme.

4. Colliers

Il y a tellement de façons d’intégrer les colliers aux rituels. Vous pouvez en avoir deux. Le premier collier est à porter le jour chaque fois que la soumise quitte la maison ou qu’elle a de la compagnie. Si le Maître est à la maison, il met lui-même le collier à sa soumise.

Le deuxième, est un collier de jeu que le Dominant va mettre à sa soumise avant un jeu de rôle par exemple.

5. Rasage

Parfois, dans les relations vanilles, le rasage devient une corvée que l’on fait à contrecœur, même si l’autre partenaire le préfère. En faire un rituel D/s peut le rendre plus agréable. Le Dominant peut épiler à la cire sa soumise . (Si vous êtes masochiste, vous allez adorer le contacte brûlant de la cire sur votre peau).

6. Punitions

Vous ne pensez probablement pas aux punitions lorsque vous parlez de rituels, mais elles peuvent en fait aller de pair. Lorsque le soumis se comporte mal, le Dominant peut lui dire d’aller chercher l’objet de son choix (ceinture, fouet, cravache, etc.). Le subordonné doit aller le chercher, s’agenouiller et le présenter dans ses mains, les paumes vers le haut. Cela peut rendre la discipline plus dégradante et, par conséquent, plus efficace.

Les dominants peuvent-ils aussi avoir des rituels BDSM ?

Oui et non. Les dominants font certaines actions de manière routinière, mais on n’attend jamais d’eux qu’ils les fassent, car ils sont généralement autorisés à faire ce qu’ils veulent.

D’autres idées consistent à peigner ou à tresser les cheveux de leurs esclaves le soir, à commander pour eux au restaurant par exemple.

Quand un rituel D/s ne fonctionne pas

Il se peut qu’après avoir exécuté certains rituels, il faille les modifier ou les éliminer. Voici un exemple qu’une soumise nous a partagé :

Chaque matin, quand mon Maître était au travail, je devais le laisser décider de mes culottes pour la journée. J’en choisissais trois, je les alignais, je prenais une photo et je la lui envoyais par SMS. C’était amusant au début et je l’ai fait pendant presque un mois. Mais cela a fini par me causer beaucoup de stress. Il y avait de nombreux matins où je devais me dépêcher parce que cela me prenait trop de temps.

J’en ai parlé à mon Dominant, sachant très bien qu’il pourrait me dire « Tu le fais quand même ». Mais au lieu de cela, il a dit qu’il allait y réfléchir et me le faire savoir le lendemain. Heureusement, il m’a dit que je pouvais arrêter. Il fait encore des choix sur mes culottes de temps en temps, et me dira souvent de ne pas en porter quand je suis en robe ou en jupe.

Parfois, un protocole ou un rituel peut également irriter et ennuyer un soumis. Par exemple, le fait de devoir demander la permission pour se mettre au lit tous les soirs. Cela signifie-t-il que le rituel ne fonctionne pas ou que le problème vient du soumis ?

Dans certains cas, il n’est pas rare qu’un soumis soit irrité par un certain protocole. Mais laisser le problème non résolu peut nuire à la relation. Si un rituel ne fonctionne pas dans une dynamique D/s, un soumis peut toujours en parler à son Dominant avec respect, ou par le biais d’un journal.

L’une des meilleures façons de s’assurer que l’on se souvient d’un rituel et qu’on l’exécute est de l’écrire. Nous espérons que ces exemples vous ont donné quelques idées pour créer vos propres règles et protocoles BDSM. Continuez à trouver la satisfaction dans vos rituels. Ils profitent à la fois au dominant et au soumis et sont essentiels pour la transformation, l’entraînement et la discipline.