Qu’est-ce que le BDSM ?


BDSM est un acronyme pour une variété de pratiques sexuelles qui impliquent l’esclavage, la domination et la soumission/sadomasochisme. Cette pratique implique généralement que les partenaires assument des rôles spécifiques dans lesquels un partenaire est dominant et l’autre est soumis. Ces pratiques peuvent impliquer des éléments tels que des jeux de rôle de scènes spécifiques ou des jeux de douleur. Bien qu’elle soit souvent décrite comme déviante ou taboue, les recherches ont montré qu’il s’agit d’un fantasme et d’une pratique très courante pour de nombreux individus et couples.

Types de BDSM


Certains types de pratiques BDSM comprennent :

Dominance/soumission
Bondage
Jeu de rôle
Jeu de cire
Jeu d’impact/spanking
Sadisme/masochisme/douleur
Jeux de role avec humiliation
Jeu à sensation/edgeplay

Il est important de noter que si les pratiques BDSM peuvent impliquer l’utilisation de la douleur et de l’humiliation ou des scénarios de jeux de rôle caractérisés par la domination et la soumission, elles nécessitent également l’utilisation de précautions de sécurité. En plus des pratiques générales de sécurités sexuelles, le BDSM peut aussi inclure des négociations avant le rapport sexuel, la divulgation, le consentement et les safewords. Un safeword est un mot prédéterminé qu’une personne peut utiliser lorsqu’elle atteint un point où elle doit s’arrêter.

Comment pratiquer le bdsm ?


Si vous êtes intéressé à essayer le BDSM, il y a de bonnes façons de commencer. Il existe un certain nombre de pratiques BDSM “légères” qui peuvent être un bon point de départ pour les débutants, notamment

Tirer les cheveux
Bandeaux
Fessée légère
Le bondage de foulards ou de cravates
Jeux de rôle

Pour des formes plus intenses de jeu érotique, de nombreux experts suggèrent de suivre un cours, de lire un livre ou de regarder des vidéos éducatives. Certaines pratiques peuvent être dangereuses et entraîner des blessures si l’on ne prend pas les précautions nécessaires. Et, comme mentionné précédemment, les activités BDSM doivent être soigneusement prénégociées afin que chaque partie comprenne ce qui va se passer.

Comment avoir une discussion sur le sexe avec votre partenaire


Impact du BDSM


Des études récentes consacrées à la compréhension du BDSM et de ses effets sur l’organisme ont donné des résultats surprenants. Les chercheurs ont découvert que ces pratiques peuvent offrir un certain nombre de bienfaits pour la santé.

Amélioration de la santé mentale


Dans une étude, les chercheurs ont examiné les traits de personnalité, les styles d’attachement relationnel et le bien-être général des personnes qui pratiquent le BDSM. Contrairement à de nombreux stéréotypes populaires, l’étude a révélé que ceux qui se livrent à ces pratiques sexuelles sont en fait, en moyenne, mieux adaptés que leurs homologues qui ne pratiquent pas le BDSM.

Ceux qui font partie du groupe BDSM :

se sentaient plus en sécurité dans leurs relations
Avait un sentiment de bien-être accru
étaient plus consciencieux envers les autres
étaient plus extraverties
étaient plus ouverts à l’expérimentation de nouvelles expériences
Avait diminué l’anxiété
étaient moins sensibles à la perception des autres
Réduction du stress
Des recherches ont montré que les participants BDSM entrent dans un niveau de conscience altéré similaire à l’état méditatif des praticiens de yoga ou au “high du coureur” du marathonien. Il est communément connu que ces activités peuvent être bénéfiques pour la santé en aidant à réduire nos niveaux de cortisol, l’hormone du stress. La participation au BDSM peut avoir les mêmes effets.

Par exemple, une série d’études a révélé que les partenaires jouant un rôle dominant avaient des niveaux de cortisol réduits après une séance de BDSM.

Le cortisol est connu sous le nom d'”hormone du stress” et peut être associé à toute une série de problèmes de santé, notamment l’hypertension artérielle, la suppression de l’immunité et l’insulinorésistance

Les chercheurs ont également constaté que certains participants considèrent le BDSM comme une expérience spirituelle.

De meilleures relations


Les chercheurs ont également déterminé que la participation à des scènes sadomasochistes réussies augmente le sentiment de connexion et d’intimité avec les partenaires.2 Bien que les raisons exactes de ce phénomène ne soient pas tout à fait claires, les recherches ont montré que le fait de faire des choses nouvelles avec des partenaires romantiques, plutôt que les mêmes activités de routine, augmente l’intimité. Les scanners cérébraux des couples mariés ont révélé que le partage d’activités nouvelles déclenche le système de récompense du cerveau et l’inonde de dopamine et d’autres substances chimiques de bien-être.

Pourquoi devriez-vous avoir des relations sexuelles bdsm plus souvent ?


Trucs et astuces


Le monde du BDSM a ses propres sous-cultures et sa propre terminologie. Il peut être intimidant pour les débutants, mais il y a quelques trucs et astuces qui peuvent vous aider à l’explorer.

N’oubliez pas que la communication est essentielle. Avant même de commencer, vous devez parler de vos intérêts et de vos limites. Si vous vous engagez dans quelque chose dans le cadre d’une scène BDSM, ce doit être quelque chose dont chaque partenaire a parlé au préalable.
Commencez lentement. Des pratiques BDSM légères sont un bon point de départ pour savoir ce que vous aimez et ce avec quoi vous êtes à l’aise. Les jeux de rôle de scènes sexy ou les discussions cochonnes, par exemple, peuvent vous aider à explorer vos fantasmes.
Préparez la scène. Engagez toutes vos scènes. Un éclairage d’ambiance, des bougies parfumées, de la musique douce et des vêtements érotiques peuvent tous vous aider à créer l’ambiance adéquate pour votre pièce BDSM.

Ayez un safeword et n’ayez pas peur de l’utiliser. Le BDSM doit être amusant pour toutes les personnes concernées. Ainsi, si quelque chose ne fonctionne pas pour vous ou est trop difficile à gérer, il n’y a aucune honte à le dire et à essayer autre chose.


Pièges potentiels


Bien que le BDSM puisse être amusant et sûr, il est important de respecter les consignes de sécurité. Sachez toujours comment utiliser en toute sécurité les vêtements, le matériel ou les jouets que vous voulez essayer. Le bondage et les jeux de douleur, par exemple, peuvent présenter un risque de blessure si vous ne faites pas attention ou si vous n’utilisez pas l’équipement correctement.

Vous trouverez peut-être que suivre un cours ou regarder des vidéos d’instruction peut vous aider à apprendre comment vous engager dans des pratiques BDSM en toute sécurité.

Il est également important de se rappeler que le BDSM n’est pas pour tout le monde. Beaucoup de gens fantasment sur les pratiques BDSM mais n’aiment pas nécessairement s’engager dans ces activités. Certaines personnes peuvent préférer des activités telles que lire ou regarder des scènes BDSM sans explorer ces pratiques dans la vie réelle.

Histoire du BDSM


La culture dominante représente souvent le BDSM (esclavage, discipline, domination, soumission et sadomasochisme) comme étant imprudent, dangereux et malsain. Prenons par exemple Fifty Shades of Grey ; les raisons pour lesquelles Christian Grey aime les bizarreries proviennent des mauvais traitements qu’il a subis dans son enfance. Les fétichistes sont souvent dépeints dans les séries policières télévisées comme des délinquants malhonnêtes et peu scrupuleux. Il n’y a pas que les médias qui présentent le BDSM de cette façon.

Avant la publication de la cinquième édition du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux en 2013, la participation au fétichisme et au sadomasochisme était en fait considérée comme un trouble mental par les professionnels de la santé. Les attitudes à l’égard des relations sexuelles perverses ont changé. La culture pop n’a cependant pas fait de la perversion le dernier engouement en date. Les humains ont toujours eu un penchant pour le sexe aventureux.

Une enquête mondiale sur le sexe réalisée par Durex en 2005 a révélé que 36 % des adultes admettaient avoir recours à une forme de servitude pendant les relations sexuelles. Déjà en 1956, une étude de l’Institut Kinsey révélait que 50 % des hommes et 55 % des femmes aimaient les morsures érotiques. Nous ne pratiquons peut-être pas le sexe pervers beaucoup plus que nous ne l’avons toujours fait, mais nous en parlons certainement davantage.