Les 5 qualités d’un bon soumis

Faire confiance


En tant que soumis(e), j’aimerais croire que je peux faire confiance à mon Dom parce que je me rends vulnérable à lui : pendant une scène, dans un cachot public, dans une relation à long terme.

Mais aussi, le Dominant devrait pouvoir me faire confiance : le Dominant aimerait croire que je ne partagerai pas mes mots de passe si je suis secrétaire, que je ne répandrai pas d’informations médicales privées juste parce que je fais des tâches au pharmacien pour mon Dominant. Il y a tellement de responsabilités qu’un Dom donne à un sous-fifre qui doivent rester confidentielles.

Honnêteté


Comme dans toute relation, qu’elle soit BDSM ou ” vanille “, il faut pouvoir faire confiance , à celui avec qui on est fiancé, à celui avec qui on joue. Quand une relation commence, si nous ne sommes pas honnêtes avec notre Dom(me), le jeu est terminé. Comment mon (ma) Dominant(e) peut-il croire que je dirai mon safeword le moment venu ? Vais-je dépasser mes limites pour plaire et ainsi, mettre ma relation en danger ou mettre fin à la scène de façon abrupte ? Mes limites sont-elles de vraies limites dures ou ne sont-elles qu’un alibi pour ne pas dépasser ma zone de confort ?

Si la relation à être est caché, pour lequel les deux parties doivent être extrêmement discrètes, si nous ne pouvons pas compter sur l’honnêteté Dom(me) ou soumis, comment puis-je jouer franc jeu ?

Les soins


Se soucier de l’Autre est la seule mission d’un esclave. Veiller à obéir, viser à plaire, se souvenir des goûts, des préférences alimentaires, des couleurs de notre Dom(me). Prendre soin d’être attentif à tous les gestes de mon(ma) Dominant(e) afin de plaire à chaque instant. Mais, je crois qu’il est important de prendre soin de soi (en tant que sujet) : ai-je, dans une pièce, atteint ma limite ? Est-ce que la relation (ou D/s) actuelle répond à mes besoins ? Me demande-t-on de dépasser mes valeurs fondamentales (ce qui, de mon point de vue, serait une très grosse erreur) ?

Le cadeau


En tant que soumis, je me donne entièrement : mes vulnérabilités, mes faiblesses, mes peurs, mes limites. Et j’espère que mon Dom(me) fera un usage judicieux de ces informations. Je peux donner de ma personne en service, avec mon corps, avec mes larmes ! Au contraire, ne pardonnons pas que NOTRE DOM(ME) donne aussi en retour ! Il/elle donne du temps, de l’énergie, des connaissances, et parfois aussi devient vulnérable… Par exemple : Ma propre Domme, elle a un handicap visuel et auditif. Quand je lui offre un massage, elle me donne ses “oreilles” et ses “yeux”. Elle devient complètement vulnérable envers moi, ses sens sont bloqués : Elle se donne totalement.

Ouverture


Notre Dom(me) veut nous emmener plus loin, atteindre nos limites, nous faire découvrir toujours plus… ! (Intensité, quantité, comme vous le souhaitez !) Si nous avons le sens de l’ouverture, nous pouvons tout simplement découvrir un monde de possibilités illimitées. Si nous avons l’esprit fermé, quel est le but du jeu ? N’est-ce pas ce que chacun d’entre nous, Dom(me) ou sous-esclave, cherche : un prétexte pour s’ouvrir à plus grand ?